Escalade en Corse au Monte Gozzi

Pas trop pressé de commencer la saison de ski vue les conditions médiocres et dangereuses qui dominent en montagne en ce moment, je suis allé prendre un peu le soleil en Corse.

Quelques mots quand même de la situation actuelle qui est malheureusement un cas d'école :

1. une chute de neige précoce suivie d'une longue période de beau temps relativement froide : faible épaisseur de neige donc fort gradient de température et formation de gobelet généralisée dans toutes les faces froides. La couche fragile est en place.

2. Ensuite de la neige fin décembre dans une ambiance douce avec beaucoup de vent du sud. Les plaques sont en place (plaque à vent ou plaque de cohésion).

3. Les vacances arrivent, tout le monde est prêt à en découdre après ce début de saison moyen....... 

D'une manière générale, en début de saison ,  PRUDENCE, on skie en forêt ou on ne dépasse pas les 30°.

 Et pourquoi ne pas continuer un peu l'escalade en attendant des conditions plus sereines ? La saison de ski est longue, l'année dernière on skiait encore fin juin ! 

D'ailleurs, au dessus d'Ajaccio se dresse une jolie montagne rouge, le Monte Gozzi qui offre de belles possibilités d'escalade principalement Sud et donc réservée à l'hivers ou l'intersaison.

Nous avons commencé par  Péché Véniel.  C'est une superbe grande voie de 8 longueurs. Toutes sont belles mais la 4ème au dessus de la vire est juste exeptionnelle avec plusieurs mètres d'avancée dans des surplombs incroyablement sculptés et un relais juste sur la lèvre.

L'équipement est très bon mais la cotation globale pourrait selon moi passer à ED-, le second 6c+ est bien dur.

A la descente nous avons répéré le superbe secteur de couenne de la grande vire et nous n'avons pas résisté à y revenir le lendemain. Le secteur se mérite pour une falaise de couenne mais le cadre et la qualité du cailloux dédomage largement.

Une corde de 100 m serait super pour pouvoir enchainer les 2 longueurs sans fractionner. 

Tout est beau, mais mention spéciale pour les 2 longeurs en 5+/6a du pilier de gauche, le splendide 6c et le 7b.

Le 7a est en revanche un peu bloc, quand au 8a,....., il m'a sèchement ramener à mon statut de septogradiste.

Nous avions ensuite le projet de réaliser une voie au Capu d'Ortu mais le temps n'était pas de la partie pour une aussi longue aventure et nous avons été grimpouiller dans les Calanches de Piana au Chateau Fort. Beau rocher et cadre somptueux.

20131222 10200520131222 11374220131223 12483820131227 16502920131222 105629