Randonnée / trekking

Petite traversée du Devoluy

Yana et Vladimir, deux jeunes Moscovites en vacances en Provence, m'avaient donné carte blanche pour 3 jours de randonnée sauvage et sportive.

Un fois de plus, le Devoluy a comblé nos attentes.

Le départ c'est fait de l'Enclus depuis lequel nous avons rejoint le sommet du Pic de Bure par la Combe Ratin : 20 chamois - 0 randonneurs.

Ensuite, nous sommes redescendus par la très sauvage combe de Cluze et son infini pierrier vers la spartiate cabane de la Jas du Lievre: 5 chamois - 10 vautours - 1 lerot (dans la cabane "so cute" mais très gourmant) -  0 randonneurs.

Deuxième jour, le réveil est un peu difficile et les jambes douloureuses après cette longue étape. Nous démarrons néenmoins pour rejoindre le col des Aiguilles en passant par de somptueux alpages puis nous basculons vers la Jarjatte. De là nous remontons en direction du le Grand Ferrand pour passer la nuit à la cabane du col de la Croix. Cette dernière remontée sera  dure, mais le confort de cette petite cabane aura tôt fait de nous réconforter (merci aux bergers pour cette super cabane !).

Troisième jour, nous partons tôt et les couleurs sont superbes quand le soleil se lève sur les Aiguilles de la Jarjatte et le Triève. Nous passons le col du Lauzon puis du Charnier dans une solitude totale. L'idée de départ était de gravir le Grand Ferrand pour finir en beauté cette itinérance mais les troupes sont un peu cuites et l'appel de le sieste dans les alpages se fait trop fort...

Nous redescendons donc  tranquilement à Lachaup d'où un petit coup de taxi nous ramenera à la voiture.

 Cette traversée est vraiment superbe en automne, elle peut se ralonger en continuant vers le Nord vers la cabane de Rochassac ou à l'est vers celle de Pierre Baudinad et finir par une ascension de l'Obiou.

Elle peut aussi "s'alpiniser" . Une superbe idée de traversée avec un petit groupe en forme doté de quelques notions d'escalade et ne craigant pas le vertige est :

J1 : traversée du pic de Bure par les combes ratin et de cluse

J2 : montée au rocher Rond puis traversée des têtes de Plate Longue et des Vautes vers le col du Charnier puis nuit à la cabane du col de la Croix

J3 : Ascension du Grand Ferrand par les Charances ou par la voie Normale en aller retour depuis la cabane

J4 : Balcon supérieur des Charances vers le refuge de Rochassac

J5 : Montée à l'Obiou par l'arrête du Rattier et les malpasset et descente par les Chatières

Solitude, gaz et grande ambiance garantit.

dsc-0738.jpgdsc-0721.jpgdsc-0703.jpgdsc-0698.jpgdsc-0629.jpgdsc-0613.jpgdsc-0590.jpgdsc-0580.jpg

Arête du Ratier à l'Obiou

Comment passer deux jours quaisment seul en montagne un weekend du 15 aout à 2h30 d'Avigon ? ......La traversée de l'Obiou par l'arête du Rattier et le Malpasset.

L'Obiou est une immense forteresse à l'extrémité Nord de la chaine du Devoluy. Plus qu'un sommet c'est quasiment un mini massif avec ses combes secrêtes et ses anticimes. On peut tout y faire, de la rando, du ski, de l'escalade de la goulotte et des mix !

Cette arête est une des perles cachées de l'Obiou "redécouverte" par Pascal Sombardier dans son ouvrage http://www.amazon.fr/LES-NOUVELLES-RANDONNEES-DU-VERTIGE/dp/2723419282.

Rien de difficile, on est à la limite entre la marche et l'alpinisme, attention cepandant, sur la plus grande partie du parcours un faux pas marquerait un point final à votre liste de course et la corde me semble tout a fait justifiée.

Le départ se fait sous les chalet de Bachiliane, à partir desquels on rejoint le col de l'Aiguille. Depuis ce point on chevauchera pendant 4 km une sucession d'arête plus effilées et plus gazeuses les unes que les autres.

L'ambiance est digne de bien des courses dites de vrai alpinisme.

Le crux de la journée est le passage du Malpasset, un ressaut de 5 m en 3 précédé d'une arête détritique de premier choix. Il est toutefois possible d'assurer des seconds avec 30 mètre de corde grâce à un spit situé après le passage.

Le Malpasset marque également la fin des difficultés et bientôt la jonction avec la voie normale et le sommet.

Le retour  la voiture à la journée par la casse rouge est envisageable mais constitue tout de même une grosse journée, nous avons choisit une option plus cool, le bivouac au sommet. 

Couché et levé de soleil à rendre comptemplatif un collant pipette.

Le lendemain descente par les chatières puis bouclage vers Bachilianne.

dsc04558.jpg

dsc04574.jpgdsc04579.jpgdsc04591.jpg
dsc04604.jpgdsc04602.jpgdsc04615.jpg

Parc Naturel du cap de Creus............Noël au Balcon

Entre deux séjours ski de randonnée, changement complet de décors pour 3 jours de randonnée dans le parc naturel du Cap de Creus en Espagne.

Immédiatement au sud de la frontière avec la France, le cap de Creus est une petite presqu'ile qui a échappé par miracle aux techniques d'urbanisation, disons discutables, qui ont largement sévies ailleur sur la côte espagnole.

A cette époque, cette côte granitique abrupte, très verte, n'est pas sans rappeler la Réunion.

Nous avons croisé très peu de monde sur les sentiers et ressentit une vrai impression de solitude et un grand dépaysement en cheminant à travers les landes, de criques en criques.

dsc-0593.jpg

dsc-0638.jpg

dsc-0826.jpg

Petite scéance de bloc improvisée avec réception sur sable fin et cadre 4*
dsc-0858.jpg

Randonnée dans les gorges du Toulourenc

Ce beau et chaud dimanche était sûrement une des dernières bonnes journées pour aller mettre les pieds dans l'eau.

Les quelques pluies de la fin d'été ont fait remonter un peu le débit et la rivière a retrouvé belle figure après un été difficile.

Quelques photos de notre fine équipe du jour : 

img-1468.jpg

img-1472.jpg

img-1464.jpg