Islande - ski dans le Hornstrandir

Dsc00384 50

Le mois d'avril est la saison des voyages à ski exotiques. Cette année nous avons décidé d'aller découvrir une nouvelle destination ski, l’Islande.

Avant de rejoindre, la presque aujourd'hui classique péninsule des Trolls, nous avons commencé par visiter le Hornstrandir, une "petite" péninsule à l'extrême Nord Ouest de l’Islande.

La région est déjà réputée pour son isolement en été, alors en hivers, c'est une vrai petite aventure de rejoindre ces terres oubliées.

Depuis Redjavik, il ne faut pas moins de 7h de route et piste pour rejoindre Ísafjörður. Au passage, nous gravissons un beau sommet de près de 1000 m et débutons ainsi ce qui sera le thème de ce séjour, le ski de rando à vue.

La technique est simple : on se balade, en voiture ou en bateau, quand une ligne nous fait de l'œil, on chausse les skis et on y va : pas de topo, pas de cotation, pas de nom de sommet, pas de condition sur skitour,  ....... les vraies vacances !

A Ísafjörður, Runard, qui dirige une petite agence spécialisée dans les excusions en bateau dans cette partie de l'Islande, nous attend avec son bateau pour nous mener vers le refuge de Kviar et qu'il retape depuis quelques années.

Kviar est ancienne ferme construite au début du 20ème siècle et abandonnée par ces occupants dans les années 50 las de cette vie d'une dureté inouïe à lutter contre le tempête et les mauvaises récoltes.

L'enchantement démarre dès le pied posé sur le bateau et ne cessera pas pendant une semaine, le Horanstrandir empilant les surprises comme sur une pièce montée.

Dans la catégorie ski, on enchaîne les traversées de fjord en fjord avec dépose et récupération en bateau et les couloirs s'arrêtant sur la plage. La neige de printemps semble ici éternelle et incite à des journées sans fin où il n'est pas rare de constater qu'à 21h on est encore sur les skis.

Les paysages sont presque émouvants de beauté et de sauvagerie et tous le bestiaire arctique  défile comme à la parade : baleine, phoque, renard blanc et des milliers d'oiseau qui font regretter l'oubli de son Peterson.

La solitude est totale et il faut parfois rappeler aux compagnons surexcités l'engagement du lieu quand tout pousse aux grandes courbes à vitesse déraisonnable.

Quand enfin, le ski s'arrête, les jambes lourdes, c'est Runnar et Keree qui prennent le relais et fond mentir tous les clichés sur la nourriture islandaise.

23h, il fait encore jours, les renards tournent autour du refuge, les eiders s'agitent sur la grève, au loin, une baleine croise dans le fjord, difficile de s'arracher à la contemplation et d'aller profiter des quelques heures de relative pénombre avant le retour du soleil vers 4h du matin.

Après six jours loin du monde,  nous rejoignons Akureyri pour la deuxième partie du voyage.

Retour à la civilisation, ce que l'on perd en solitude on le gagne en logistique, le ski est ici d'une grande simplicité, on roule sur la route côtière, en ce début mai la neige descend encore jusqu'à la plage, il n'y a donc qu'à garer la voiture et à chausser les skis.

Ce qui ne change pas c'est la beauté des paysages et cet immense bonheur de skier vers la mer.

La météo plus capricieuse de cette seconde semaine, nous chassera avant le terme prévu vers le sud. L'enneigement commence à être faible dans cette partie de l'Islande mais nous parviendrons tout de même à faire deux belles journées de ski dans de petits massifs non loin de la capitale.

Je retourne skier en Islande et dans le Hornstrandir l'année prochaine début mai, n'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés.