Ski en turquie - partie 2 - Aladalgar

Après le Bolkar nous rejoignons le massif de l'Aladalgar, le classique du ski en Turquie. Nous établissons notre camp de base dans le gros villlage de Demirkasik au pied de la chaine à partir duquel nous rayonnerons vers les différents sommets.

La neige cette année est assez haute, autour de 2000m mais avec des sommets entre 3400 et 3700 m, il reste encore des dénivelés conséquents à se mettre sous les spatules.

Les approches depuis le village se font en tracteur ou en 4X4 et les portages sont très courts.

Avec une météo moyenne nous commençons par la traversée du sommet au dessus du col d'Avciveli dans le vallon qui abrite la fameuse Parmakaya, une belle aiguille de calcaire de 150 m qui ressemble beaucoup à l'Aguillia Sarde. Pente raide sous le col est et bonne neige ensuite jusqu'au tracteur.

Le jour suivant, le temps est superbe et depuis le même superbe vallon, nous partons pour le petit Alaca. Une très belle montée variée où l'itinéraire se découvre au fur et à mesure nous conduit au sommet face au Grand Alaca. Pendant le picnic, la face ouest du Grand Alaca nous fait des clins d'oeil. Les garçons faciles du groupe cèdent à ces avances. Le final se révellera aussi raide qu'il en avait l'air à plus de 50° et les premiers virages un peu difficiles. Mais la neige est bonne, tout s'enchaine bien et après une belle descente, on retrouve Mustapha qui a préparer un superbe barbecue au milieu des prés, bonheur !

Le rythme est pris, on se lève un peu avant que le muezzin lance son premier appel, on déjeune à la turque d'olive et de fromage puis on se réveille doucement sur les chaos de la piste. Pour ce troisième jour on part sur l'itinéraire du tour Demirkasik, le tour complet n'est cette année pas possible par manque d'enneigement des gorges, mais nous trouverons un très beau couloir qui mène à un col au pied du sommet. Descente dans une neige de printemps parfaite. Arrivé tôt au gite, quelques courageux décident d'enfiler les baudriers et d'aller découvrir les voies du canyon de Camardi.

L'approce est improbable, le minibus roule sur une steppe parfaitement plate, les montagnes sont à quelques kilomètres. Les chances de trouver une falaises semblent faibles quand on découvre une parfaite entaille d'une centaine de mètre de profondeur. Le rocher est un superbe poudingue aux couleurs chaudes pleinde trous. L'escalade est très belle même si notre forme n'st pas tout à fait à la hauteur.

Dernier jour dans l'Aladalga et départ pour le plus haut sommet skiable du massif, l'Elmer et ces 3700 m. Le départ se fait comme souvent dans une belle gorge très encaissée, le suite est plus classique. L'ambiance depuis le sommet est très belle et nous pouvons récapituler les itinéraires du séjour. De belles montagnes à l'Est attire le regard mais les accès au coeur du massif sont complexes en l'absence de refuge.

033-dsc05100.jpg

Vers l'Aladaglar

turquieffaure2013-8614.jpg

Approche motorisée

017-dsc05004-1.jpg

Col d'Avcibelli avant d'attaquer l'arête

turquieffaure2013-8637.jpg

Raidillon à la montée au petit Alaca

p1040670.jpg

Reflexion sous le Grand Alaca et sa raide face Ouest

 

p1040694.jpg

Réconfort

p1040750.jpg

Montée sous le Demirkasik

039-dsc05133.jpg

La belle face est du Demirkasik où passe une belle voie d'escalade

turquieffaure2013-8717.jpg

Avant de plonger dans les entrailles du Demirkasik

 

032-dsc05096.jpg

Canyon de Camardi


p1040863.jpg

Une escalde sur trou enthousiasmante