Sur les traces de Johnny .....

Les préalpes Bernoises.... Ca vous dit quelque chose....Mais si ! Gstaat, le Gruyère, les exilés fiscaux ......

Nous sommes allés passer une semaine dans cette région peu connue des français moyens et nous en sommes revenus conquis.

Tout d'abord c'est beau comme la Suisse. Ensuite, le potentiel de ski de randonnée est énorme. Dans chaque vallon, les courses s'alignent comme à la parade, faciles, diffciles, longues, courtes, ....

L'ambiance est très belle et contrastée, les départs se font dans de jolis hameaux avec leurs magnifiques chalet en bois et les tas de fumiers fumants, mais rapidement cette ambiance buccolique fait place à la vrai montagne. Les sommets sont alpins et les quantités de neige, importantes cette année, leur donnent un aspect très haute montagne avec corniches géantes et  paroies carapaçonnées.

En cette dernière semaine de février les conditions étaient royales. Un froid à ne pas mettre un vison dehors maintenait une neige légère comme l'ISF suisse, l'enneigement très important permettait de chausser les skis à 800 m, le risque d'avalanche était très faible et le temps fut parfais.

Nous sommes sortis tous les jours et avons collectionné les sommet en Horn et en Flue. Je vous cite les deux plus beaux méritant chacun 4 étoiles : le couloir Est du Turmilhorn et L'Albristhorn.

Le premier restera je pense une des mes sorties les plus marquantes et pas uniquement parce que ce long couloir dans un mètre de poudreuse était dément, mais également pour la découverte d'un risque objectif bien réel que j'avais jusqu'à aujourd'hui sous-estimé en montagne ......La Guerre.

En effet, alors que nous entamions la descente de la grande pente précédant le couloir, nous avons essuyé un tir d'obus de l'armée suisse qui a fait voler la neige à moins d'une centaine de  mètre de notre petit groupe !!!!!

La débandade de notre petit groupe devait être extrêment comique vu d'en face, tous le monde a pris ses skis à son cou et a filé façon Derby de la Meije vers le col et le couloir salvateur sans tenter de négociation avec l'ennemi.

Pourquoi aucune indication n'était présente au parking ? Pourquoi aucune "sentinelle" n'a prévenu l'artilleur de notre présence ? Si nous avions été "éparpillés façon puzzle", la France aurait-elle déclenché la guerre à la Suisse ?.......Autant de question sans réponse qui ont animé nos apéros pendant cette très belle semaine. 

dsc04503.jpg

En montant au Rauflihore

dsc04846.jpg

Couloir du Turmilhorn

dsc04869.jpg